Accueil > 2009-2010, Actu > 11 décembre 2009. « … comme une atmosphère de relâchement culturel »

11 décembre 2009. « … comme une atmosphère de relâchement culturel »

13 janvier 2010

Les concepts abordés étaient parfois complexes, mais c’est la clarté et la qualité qui ont dominé l’intervention de Christophe Evans. Le sociologue nous a fait remarquer que le passage du volumen au codex a vu apparaître de nombreux moyens (sommaire, notes de bas de page, index, etc.) pour se repérer dans un ouvrage — pour y « naviguer » en somme. Aujourd’hui, à « l’ère numérique », nous assistons à une évolution vers une lecture fragmentée, hypertextuelle. Des incursions du côté des sciences cognitives ont complété le tableau.

On a évoqué bien entendu la récente enquête sur les pratiques culturelles des Français qui laisse apparaître une plus grande diffusion sociale du livre et de la lecture, alors qu’on dénombre moins de livres par personne, comme si le « lire utile » s’opposait à une lecture « futile ». Il y aurait donc comme une atmosphère de relâchement culturel, où l’individualisation des mœurs entraîne une prise de distance, le refus d’une pression, le fait qu’on se sente moins lié aux institutions (c’est la société « liquide », que décrit le philosophe Zygmunt Bauman). Toutefois, Christophe Evans ne croit pas à un scénario à la Farenheit 451, notamment parce que le livre relève d’une culture très ancienne (les premiers codex apparaissent au IIe siècle).

Voir également les portraits de l’intervenant ici et .

Le diaporama de la conférence : Brest3 lecture

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :